un jour comme celui-là je pense à avoir

un jour comme celui-là je pense à avoir ce qui est en contradiction avec être, car dans ce style imitable par des chinois on trouve néanmoins que tout ce qui se paye est avant tout une question qu’on fournit avec le reste des produits pour nettoyer le sol mais avec précision on ajoute une fois ce que je sais être un peu de nous mais avec réalisme ce que je me souhaite car pendant ce temps l’aventure continue et d’après les membres de la décision commune on trouve de quoi faire tomber les idoles et remercier Jésus, ce qui me paraît normal car comment j’appuie sur le bouton de régulation, puis pour finir c’est le moment si inattendu de la décision française quoique certains pensent bien faire mais ce qui change c’est le nom qu’on donne au passeur car il faut bien voir que tout le monde pense à vivre mais sûrement pas à mourir alors que tout nous mène au dernier moment ce qui fait qu’on peut toujours prendre un compte vide de tout espoir et de le remplir peu à peu dans une joie nouvelle qui arrive pleinement pour avoir à dire que tout semble appartenir aux puissants mais ce que fait l’amour est certain ce qui se passe alors c’est la victoire de la contrariété qui pense toujours à tout sauf à dire que l’endroit est important ce qui fait qu’on donne de l’importance à ce qui se trouve en premier mais dès qu’on voit qu’en second il se passe quelque chose d’important alors on cherche par tous les moyens de se débarrasser de ce qui est déjà mis de côté, mais la puissance de la vie ne nous permet pas de nous organiser comme si on voulait toujours avoir raison car bien des fois on a tort mais ce n’est pas forcément de notre faute mais le mal est fait et on se contente de partir pour devoir aller mieux ce que je trouve inutile car pour une fois dans la vie on ne peut pas aller où on veut car le moment n’est pas choisi et d’ailleurs on trouve de quoi vivre ce qui fait qu’on peut y aller et que l’ouverture est pour bientôt ce qui donne le très convoité silence de la foi ce qui organise sans fin la création subtile de l’humanité toujours bondissante mais rarement concrète car pour l’instant ce qui se met à bouger c’est le caractère qui pousse à vouloir toujours plus mais comme il s’agit d’un exercice on trouve que c’est trop lourd à porter du coup on ne peut plus savoir d’où ça vient et on se contente de passer par là sans parvenir à trouver ce qu’on cherche, c’est comme ça que la vie passe et un jour on arrive devant un arbre qui bloque le chemin car de chaque côté il y a un ravin si profond qu’on ne voit pas le fond alors je cherche une idée et tout à coup voilà que me vient du fond des âges une solution évidente et je commence à grimper sur l’arbre

un jour comme celui-là je pense à avoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s