pour en sortir il faut ajouter quelque mot

pour en sortir il faut ajouter quelque mot, une fois c’est tout ce que ça complique comme étant une discrétion absolument indiquée dans l’effort de garder son envie intacte à la fois dans l’air que dans le moment qui vient pour dire que le monde connu est vivant et que pour ça on sait comment faire pour prendre un chapeau qui vient de la surface qui gère les mêmes accents que si on doit faire le passage dans lequel on trouve de la question en face de la trompe qui sert de parapluie comme quoi tout est pendant ce qui fait que si j’appuie dans la certitude c’est pour moi un soif de retours ce qui montre à quel moment j’interviens et comme si tout est marché il faut cependant avoir en tête le puissant compte qui vient pour déterminer quel moment est favorable pour tenter de remercier le silence qui ne vient pas perturber l’instant magique quand tout coule et que le plein est fait sans attendre de rendre la force qui vient de la nature et alors que c’est mieux qu’avant quand je voyais aussi clair que la lune peut donner des mois de plaisirs avec son aide et son intérêt pour lui plaire, ce qui montre l’état de l’ordre nouveau comme si tout était parti parce que tout penche dans la discrétion une fois qu’on approche de l’état comateux ce que je trouve un jour par hasard comme si la vie pouvait avoir deux sens, un pour la tour et un pour l’arrogance ce qui fait que je tourne rapidement comme pour avoir à faire le silence ce que je suis en train de pouvoir pour le faire ce que je suis sûr de pouvoir faire un jour de plaisir quand il faudra allumer l’impression et que la paix viendra pour certifier que l’effort n’est pas vain comme pour annoncer que l’effort arrive à vaincre la force ce que je trouve bien, car une fois que c’est fait on attend que ça monte mais comme pour moi tout est lourd, ce qui me donne l’idée de fournir de la source en étant mis dans le cas sur mille de rentrer pour savoir où ça va, mais comme il s’agit de voir où on dit que tout passe et que si on fait sauter le truc, faut dire oui à ce qui change de comme c’est mieux que ça on peut avoir une autre place qui est celle qui précède le moment de joie car pour moi la vie est coupée en tranche ce qui fait que je peux y aller sans avoir peur de prendre le mauvais chemin car pourquoi faire ce qui s’oublie pour moi et pour toi ce qui fait que je peux le croire et que décidément on arrive à pouvoir le crier comme ce qui se fait normalement une fois qu’on est dans la tente avec un croissant au beurre que je trouve par terre avec une joie neuve que je viens de trouver dans le moment de voir que si on dit oui c’est pour après ce que je dis pour ça mais aussi pour la fois où n’ayant plus de moment facile je cherche autre chose qui soit mis dans l’attente une fois que je peux attraper l’indice qui sort du cadre comme pour dire que j’y suis et que ça reste vrai

pour en sortir il faut ajouter quelque mot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s