la vie est douce

la vie est douce quand ça se fait naturellement le problème c’est que quelques fois on ne sait pas quoi faire car tout est tendu et il faut être précis ce qui fait que je tourne très bien mais qu’il me reste quelque chose de lointain que je ne peux pas traduire car tout est fort ce qui fait que je rentre très tôt pour voir ce qui se passe et comme j’ai entendu le monde crier je m’approche de rien pour voir ce qui est là mais pour moi ce qui se fait le plus lentement c’est ce qui est indispensable car dans la vie on s’encombre de différentes choses qui orientent les débats comme si tout était fait en dehors des prétentions globales ce que je trouve comique car pour moi tout est responsable et je ne sais rien du reste qui recommence souvent de devenir un poids car pour ça il faut bien entendu avoir un geste majeur ce qui donne le résultat une fois qu’on est sûr de prendre position car on hésite devant la charge ce qui n’est pas évident car pour tout le monde ça peut le faire, mais quand j’y suis je me  dis tiens, voilà quelque chose que je veux faire, c’est comme ça que je suis arrivé à la conclusion que tout ça commence un jour mais qu’en attendant on doit faire passer des jours dans une attente qui peut le faire mais ce n’est pas pour ça qu’on hésite c’est pour autre chose que je nommerai l’angoisse de passer car il faut bien se rendre compte de l’importance du moment suivant car il vient après le moment précédent et ce n’est pas encore définitif ce qui voudrait dire que pour moi la question se pose de ne pas se rendre compte de l’avantage de passer par un endroit que je sais pourquoi c’est mieux de le faire, car il faut dire ce qui est le plus inutile, ce qui est fait quand on agite le point ce qui fait que je suis là pour moi ce qui fait que j’apprends par terre ce qui se plait en haut et comme il s’agit de crever le ballon qui est gonflé avec de l’air commun, on insiste sur le seul moyen de passer un bon moment ce que je trouve dans le train avec un instant de grâce car à ce moment-là on trouve de quoi se faire passer pour un travailleur sans casquette et comme je ne sais pas pourquoi il faut agir en vitesse moyenne je continue à trouver des moyens qui sont si joyeux que ça m’étonne car je ne croyais pas trouver tant de joie dans le circuit court, car on peut toujours prendre des intentions mais voilà qu’on fait passer l’intérêt avant la voie principale un peu par hasard mais surtout par volonté inférieure ce qui fait que je passe volontiers dans la voiture de tête comme pour me dégager de l’ambiance des fours branchés sur le courant, car pour moi la surface est meilleure cuite car on  trouve des coins si bien cultivés que tout le temps est perdu

la vie est douce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s