attendre c’est tendre vers a

attendre c’est tendre vers a, ensuite on a b, puis on reste bloqué pendant des années avant de s’apercevoir que l’utilité est vaine du coup je me concentre sur l’inutilité et c’est avec une grande force que je compte par paire, car autrement on est passé par la terre, ce qui est beaucoup plus long puis parce que tout pense que tout arrive on dit que pour moi cette une question qui sort et qui ne peut plus entrer car la semaine est molle et ce qui fait que ça marche c’est le hasard de choisir ça ou ça, comme étant le meilleur moyen de trouver que ça continue comme si tout était mieux dit mais avec ce qu’on est il est sûrement assez fatal mais avec un côté rigolo car on se place au niveau de regarder pourquoi on s’installe dans la question qui prend du temps de réflexion car on trouve bien sûr des nouveaux cas qui sont là pour détenir un peu parce que tout est plat ce qui fait que je peux le faire sans avoir eu auparavant de place pour la mer, ce qui me donne un peu à la fois une autre dimension ce que je donne ensuite à l’art pour avoir le temps de contretemps si bien qu’on se met à vouloir avec force à développer des conditions heureuses du moins en apparence car ensuite on s’interroge, ce qui fait que le temps passe et que je suis toujours dans l’avant alors que pour moi je voudrais être dans l’après mais quelque chose m’en empêche car il faut bien voir que le corps n’est pas immobile, il peut sûrement être uni à l’ensemble des intentions souples, mais ce qui dure c’est l’envie de rire, car pour ça on se passe de la confiture qui reste dans le pot avec tout ce qui sort et tout ce qui entre une fois qu’on dit que le meilleur c’est pour la fin mais comme on ne sait pas où on est, on est perdu et on reste dans l’inspection car le temps est passé et que cela fait dans un an pour que ça saute de là à ici comme pour se voir assez là ce que je tente avec une certaine envie de réussir mon projet qui se déplace à mesure que tout se passe avec autrement ce qui tourne depuis des heures pour avoir envie de déranger le meuble ce qui me donne une force de résister à la pression car pour moi la recherche est en ce moment agréable car pour moi la joie arrive tout simplement dans un peu de place qui reste après l’explosion de la centrale, car pour moi la question est pleine d’excuses ce qui fait qu’on perd du temps à pouvoir aller jusqu’au fond, ce qui trouve l’impatience de constater que tout l’effort est fait pour déterminer l’ensemble des actions menées pour donner ce qui se met en face pour avoir à rester plus longtemps comme si tout est fait dans la tranquillité d’un jour blanc, mais avec ce qu’on trouve on voit que l’instant est magique mais que le corps se traîne dans la fonction principale ce qui part en vrille mais repart en dehors des instants qu’on dit être des moyens d’offrir à sauver l’essentiel

attendre c’est tendre vers a

vivre c’est avoir le temps de passer

vivre c’est avoir le temps de passer car on pense bien sûr à tout ce qui se met à changer mais surtout il faut dire que le genre de passions qui tourne assez bien dans le soir qui fait qu’on tombe de haut quand je m’aperçois que tout est relié à l’envie de croire que je suis le seul à pouvoir le dire car pour moi la recherche est totale ce qui fait que chaque mot arrive à tenter l’expérience du choix premier, ce qui fait que je trouve bien ce qui est là dans l’espoir de gagner je ne ne sais quoi car pour ça il faut savoir attendre ce qui montre à quel point c’est lent à se mettre en mouvement, il faut attendre des décennies qui servent à construire un élément qui se met automatiquement à monter le jour où n’ayant plus de freins je pense pouvoir aller voir ce qui se passe ailleurs ce qui me  donne une vision pour le faire ce qui tourne aussitôt dans un temps plus abordable car on donne à  ce qui est fait un peu de terrain pour le faire ensuite dans l’espace ce qui se met à fournir de certaine fois comme étant un moyen de parvenir à dire que l’autre n’est pas là pour apprendre à se mettre en position de comprendre pourquoi il faut le faire ce qui tourne vers la tour ne peut pas prendre ce qui se fait tout de suite car il faut attendre ensuite un temps variable pour que certains plans soient mis en liaison pour que ça continue à voir que l’autre est discret ce qui pousse l’intérêt à compter ce que je fais c’est le passage qui peut à la fois être disposé à conduire mais surtout dans le sens que je mets à contrôler le pouvoir de rester seul ce que je mets dans l’espace avec tout ce que je monte et tout ce que je descends puis je trouve que c’est justement le moment de dire que tout semble fait à mesure qu’on se trouve pour que ça commence moyennement mais avec intensité car pour ça on dit bien c’est bien, puis si c’est bien c’est que pour tout il faut avoir une conscience qui s’approche  de la réalité et commence un cycle merveilleux car pour le faire il faut continuer jusqu’au moment où on arrive tout près de l’entrée et là on se dit mais oui, voyons ce que c’est puis on passe des jours à compter ce qui commence par un deux trois quatre cinq six sept huit neuf dix et ensuite on dit mais c’est comme ça qu’on arrive à la fin, alors dieu dit que le temps est venu pour aller voir si ça marche, alors ne pouvant plus me dire que la meilleure façon de vivre c’est de partir voir si ça va alors que pour moi tout est possible ce que je veux bien arriver à dire un jour c’est que pour ça on attend vers ce qui sert de rien avec d’autres moments ce qui fait que l’ensemble des conditions est enfin arrivé à rester tranquille ce que je constate en voyant que tout ce que je fais est passé de l’autre côté

vivre c’est avoir le temps de passer

l’impuissance est totale

l’impuissance est totale, je croyais c’est sûr que tout passe mais que désormais on arrive à dire ce qui est fait dans des conditions identiques à la fois pour des raisons de sécurité mais aussi des moyens qu’on avance pour le faire tomber car on imagine la surface nécessaire pour apprendre à vivre car on ne voit pas tout ce qui arrive à dire que le changement n’est pas accepté car on installe trop de parcours ce qui fait que je peux dire quelque chose mais ce n’est pas ça qui marche car maintenant on est pris dans la couleur qui fait qu’on se met à danser car tout est léger c’est fou ce qu’on dit alors c’est une menace qui a le talent d’avertir le tri comme pour être mis à table ce qui donne une image intéressante car pour moi tout est question de faire passer un message mais il me manque de tout pour arriver à le dire, ce que je trouve insensé car pour moi il faut le faire c’est une question qui passe dans la terre et ressort dans l’espace avec ce qu’on sait pour le mettre dans l’inquiétude ce qui sauve le prix mais en avance sur le temps je crois pouvoir alerter les autres mais ça ne suffit pas car pour moi la vie passe et tout ce que je peux faire c’est de trouver des luttes qui sont mises en face de rien du coup c’est complètement idiot car il faut bien voir que l’humain ne peut rien faire ce que je peux comprendre car pour moi la divinité est en dehors du cercle, ce qui fait qu’on peut toujours essayer de produire quelque chose mais ce qui va aller dans la plaisanterie, ce qui sort de la manière de regarder un corps, du coup je passe du temps à ne plus essayer de passer dans la condition de l’humain qui ne veut plus avoir de relation avec l’autre, comme quoi tout est passé et ce qui reste s’ennuie car pour moi la qualité offre de ne plus avoir le temps de pouvoir arriver à rester simple, il est temps de passer par-dessus ce qui pense à donner des instructions pour une fois aussi nettes que si on disait à l’autre que c’est justement pour ça que je m’interdis de prendre mon pays pour de la terre ce qui fait que j’appuie sur le monde pour donner des fruits qui vont aller dans un panier ce que je trouve alors c’est que pour cette raison je trouve que tout le temps est réuni pour prendre ce qui sort avec ce qui entre ce qui n’est pas produit ici mais avec ce qu’on est on arrive à passer ce qui ne peut pas donner des envies mais trouve la suite comme une armure protège le corps aussi bien qu’une autruche peut faire le compte qui sert de partage dans lequel on prend de la semaine et on arrive au jour présent ce qui n’est pas aussi haut que ça mais voyant le cri qui est poussé par la tempête je constate que tout le temps est fort ce qui fait que je peux avoir en même temps des jours et des heures qui sont si pleins que tout le temps peut bien apprendre à se mettre en condition pour ne plus avoir à dire que ce qui se passe n’est pas encore mis dans l’espace qui vient

l’impuissance est totale

Ce qui fait le tour n’est pas encore là

ce qui fait le tour n’est pas encore là car après avoir vu que tout ce qui descend ne remonte pas je me suis demandé pourquoi, alors n’ayant plus d’autre idée en tête je me suis mis à chercher ce qui va là et ce qui ne va pas là ce qui ouvre le temps en étant capable de dire oui à tout et non à rien ce que je trouve tout à fait sensationnel ce que je peux encore faire mais voilà qu’on dit que pour la première fois on devrait avoir le temps de passer par là ce qui pousse ma curiosité car je vois bien ce que c’est car on dit que le meilleur est pour la fin ce que je trouve aussi dans la célébration d’un mouvement pour la paix comme ça au moins on sait où on va et ce n’est pas pour ça qu’on devrait avoir une pensée pour les peuples opprimés par des dirigeants corrompus à mesure que ça avance je vois bien que la liberté s’épanouit dans les fleurs que je mets ensemble pour que ça soit plus affectueux quelque soit le monde qui vient il faut entretenir la parole qui dit que la venue au monde est en ce moment uniquement placé pour découvrir le phénomène qui se met à défoncer le véhicule car on pense ce qu’on veut mais c’est là que ça se passe car on suscite le mépris ce qui fait que je prends ma décision de continuer à penser, ensuite je compte bien avoir à faire croire que tout ce que je suis je le mets à la place du spectacle, donc pour ça il faut se dire que le monde peut voir mais ne comprend rien à ce que je dis car pour ça il faudrait arriver plus vite à 2050 comme quoi tout ce que je dis n’est pas encore retenu comme étant une évidence car normalement on insiste sur le don qui est à l’origine de l’arrivée tardive car pour moi je n’étais pas encore là quand tout a commencé car pendant très longtemps je me suis vu comme un élément anecdotique qui va et qui vient sans savoir pourquoi, ce qui m’allait car je ne savais pas à l’époque ce que ça fait de passer du temps à réduire le temps au moindre espoir de vaincre, c’est si petit que je le vois à peine sortir du bois pour dorer sa parole dans laquelle on trouve de tout et de rien ce qui ne peut avoir de complication car on trouve que la simplicité est d’accord avec la mesure pleine ce qui fait que je sens monter en moi une source de bonheur dont je ne sais quoi faire car je suis déjà heureux, de vivre de souhaiter le succès, et de rester calme alors que le tumulte des émotions m’entraîne dans une folie de perdre pied, mais je me rattrape au dernier moment et comme ça je continue à vivre légèrement ce qui me fait du bien mais surtout quand j’arrive là je relâche la pression et je continue comme si de rien ne passait n’est ce pas pour ça que je tends vers rien mais ce qui se passe alors c’est une résurgence de restes de ce que j’étais qui veut encore quelque chose mais plus le temps passe et plus je contrôle la situation

Ce qui fait le tour n’est pas encore là

le truc du temps passe pour être le cas

le truc du temps passe pour être le cas qui est responsable de la vie car on trouve depuis quelque temps que tout ce qu’on dit ressemble à ce qu’on dit ce qui fait que je trouve tout simplement le croissant sans pouvoir déterminer si c’est mieux de le faire ou alors de l’ignorer car pourquoi faire ce qui trouve le témoin pour le mettre en état de fournir des explications si on doit le dire alors que pour toi ce qui fait fait passer des jours c’est justement le cas qui pense que tout ce qu’on imagine peut avoir dans ces moments un indice qui vient devoir être uniquement là pour le plaisir de vivre ce qui tourne très bien dans le ridicule de la situation bloquée comme pour donner des heures à la vie ce qui me donne très bien en face de la solution une autre idée comme ce qui se met à faire passer des intentions vérifiables au point de rester au courant car il faut voir que tout ce qui reste est sans saveur mais avec ce qui se met en face on peut comprendre ce qui tourne avec inspection du fond et rendement possible si on y met de quoi aller mieux ce qui fait que je tourne pour moi la réalité qui court devant sans se retourner car pour moi la vie est une chance de faire exactement ce qui pourrait un jour devenir un peu plus large car pour moi l’inconscient est favorable à ce que je sais ce qui pousse l’étude jusqu’à faire monter la mayonnaise comme pour dissiper un passé aussi peu glorieux que nécessaire après avoir fait le parcours dans la création avec soudainement un intérêt passager comme pour devoir faire la différence ce qui penche dans la catégorie supérieure avec une soif de rien de la place en étant persuadé que le moment est facile ce qui fait que j’entoure tout avec du monde en place ce qui fait que j’arrive à rester en étant mis dans une cage pour voir si c’est mieux que rien ce que je trouve comme ça ou alors comme ça parce que ça dépend des tellement de choses qu’on ne sait pas par quoi commencer si ce n’est le petit bout qui dépasse ce que je fais ensuite sans devoir aller pour la fois où n’ayant plus de poisson j’ai du avoir des fraises qui sont si rouges que je ne sais plus pourquoi je fais ça car pour moi la chance est placée pour devoir avoir des jours d’avance ce qui me donne une référence obligatoire ce que je trouve ensuite dans la carcasse fumante d’un produit qu’on dit être le meilleur outil dans la considération de l’utilité en faveur des armoires normandes ce que je donne après avec une intention valable car pour moi tout est mis dans la solitude comme un peu de fois ce qui tourne ensuite dans la mer avec une intensité forte car on y pense fortement depuis qu’on sait que tout le temps est nécessaire à l’envoi sur la terre avec une autre mission qu’on dit être le meilleur choix depuis au moins 60 ans

le truc du temps passe pour être le cas

la vie est une vitre sale qu’on dit être le

la vie est une vitre sale qu’on dit être le moment de rire car pour moi la vitesse est responsable de tous les problèmes connus, d’abord le silence qui avance tout droit comme pour être le plus calme, ensuite vient le monde qui est certain de savoir où ça va mais ignore complètement ce qui vient après c’est donc avec une certaine autorité que je trouve quelque chose qui me donne de quoi rêver car pour ça il faut continuer à avancer sans ça on ne peut pas avoir d’autres idées qui ne franchissent pas le mur qui ferme la surface que je vois par exemple dans le plat qui ouvre les portes pour qu’on soit uniquement là dans l’espace connu comme quoi tout passe et tout arrive dès qu’on vient dans le passé ce qui ouvre le débat entre les pour et les contre l’idée majeure que tout ce qui dépend de la peine doit être mise en état de produire ce qui est fait tout de suite, après on compte les plans qui restent disponibles comme pour être présent ce qui fait que j’apprends à faire comprendre que tout ce que je fais je le passe dans un temps que j’organise comme pour devoir avoir le temps de réaliser que pour moi la qualité se trouve assez bien comme quoi on assiste à d’autre voyez vous ce qui arrive quand tout est fait et que de l’autre côté on pense à tout ça sauf que le monde ne sait pas pourquoi il faut le faire maintenant car après il sera trop tard ce que je trouve dès qu’on franchit la porte c’est que le tumulte est arrivé comme ce qui se met à contredire le pouvoir comme une chose qui signale le poids qui fait qu’on dit que la dizaine de fois qui est suffisante pour prendre un terrain que je donne ensuite à la maison qui cherche le poisson comme une chance de partir en état de voir que si on donne le trottoir c’est pour que ça marche bien ce qui est mieux que rien car je trouve que tout ce qui se met en dehors de la réalité peut passer pour devoir avoir à rester tranquille ce qui fait que je peux dès maintenant avoir le temps de passer pour devoir être mis dans la possibilité de garnir correctement le plein quand il s’agit de voir que décidément on atteint le fond comme si tout était clair car il y a bien sûr des nouveaux espaces qui sont en plastique car il faut être disponible comme étant un moyen de fournir d’alibi à un certain restaurant qui change de nom pour n’être plus discret au point de passer pour des idiots car il faut bien sûr être dans la suite qui arrive dès maintenant à devoir avoir des intentions valables ce qui change pour une fois de rien mettre comme une chance de passer par là ce qui trouve la place comme une source de restes d’un repas où tout a été fait pour que ça soit mis dans l’assiette une fois que le verre vide ne puisse pas changer de couleur car on s’appuie pour ne pas tomber tout de suite dans la tristesse

la vie est une vitre sale qu’on dit être le

un jour tout arrive

un jour tout arrive, mais en attendant il faut savoir être prêt à attendre car on imagine que c’est le temps qui fait tout mais en fait c’est plus compliqué que ça car l’humain ne sait pas pourquoi il faut avancer ce qui donne de la force en étant content de prendre ce qui vient en faisant bien attention de ne pas dire que c’est le pouvoir de rien faire qui prend la peine de partir dans la claire intention de ne plus pousser pour savoir où aller car demain c’est un jour comme les autres ce qui fait que je pousse pour donner l’essence ce qui fait que je tourne pour avoir en face quelque chose que je connais car pour moi la recherche est passée dans une catégorie ancienne qu’on dit être un pavé dans la mare comme ce qui se passe ici avec attention et perdition comme une caravane qui passe en étant passée dans la suite ce qui fait que j’apprends à dire que l’essentiel vient de la vie comme étant un moyen d’apprendre à rester tranquille pendant que le tumulte arrive pour devoir faire comprendre que tout ce qu’on fait est merveilleux mais comme il faut le faire on donne à l’autre des intentions qui commencent par devoir aller dans des directions souples ce qui donne le monde dans ce qu’il a de fameux car pour moi la soif de rester par ici devient un monde incroyable dès qu’on pense quelque chose c’est le délire qui vient alerter que si on dit ça c’est pour ça qu’on le fait comme une question qu’on pose à mesure que si on dit ça c’est pour une chose que j’appelle le principal atout dans une manche assez large pour espérer vaincre le doute en ce qui concerne le pouvoir de rester calme ce qui me donne une autre idée comme de même ici par-dessus ce qui sauve le quotidien comme une espérance qui se met à chanter car pour la vie on sait quoi faire mais pour la création on ne sait pas du coup c’est le jour où n’ayant plus de plaisir je me contente de faire avancer un autre plan qui commence par la santé uniquement dans et pour ça mais avec des intentions qui sont là pour planter dans la terre un peu de sel ce qui fait que je peux le dire par exemple dans le cri qui pousse à l’endroit même de la réalité ce qui me donne une vision claire, dans la nuit avec l’aide de la lune en croissant le fer que j’obtiens en étant bien assis car pour savoir où et comment le faire il faut apprendre à donner des sources qui sont si chaudes qu’on ne peut pas les manipuler car si c’est vrai alors on se doit de faire passer d’abord des passions qui sont si lourdes que je suis incapable de le faire seul comme si j’avais mis ça en ce temps qui vient pour la place ce qui n’entre pas mais qui devient un peu d’eau comme on dit ce qui tourne ne rend pas l’espace responsable car on doit le faire ce qui fait que tout compte

un jour tout arrive