que dire des autres

la vie passe et je me demande quoi faire des autres, que cela fait je ne sais pas car pour elle ce qui est dur c’est de voir que tout descend rapidement comme si on avait fait le maximum pour ne pas le faire mais que la pente est trop rude pour ne pas savonner le destin ce qui fait que pour l’instant je ne vois pas pourquoi j’irai dans une direction que je trouve ennuyeuse ce qui fait que pour la vie je dis oui, ce que je trouve normal tellement loin de moi que je suis tranquille même si parfois je me vois vieillir ce qui me fait peur mais ça passe et je continue à me demander ce que ça veut dire, mais comme il est question de faire connaître le même genre d’information qu’on sert d’habitude dans de drôles de circonstances comme celle de la folie en terme de relation personnelle mais avec des intentions véritables ce qui fait que le tour des mondes se fait dans le sens parfait de la conscience collective comme étant le plein dans la qualité qui est directement associée au sens premier, celui qui fait dire que l’essentiel c’est de voir précisément ce qui est louche avec des visions internes décidément à côté de la plaque comme pour déterminer le ciel qui est lourd à porter comme si on avait dit que pour vivre il faut avoir de l’argent, mais comme la réalité observe une neutralité, ce qui pousse l’extrême à connaître la gentillesse de voir que tout le monde participe à un ensemble et que pour ça il faut avoir une pensée pour ceux qui veulent aller loin sans se passer la main dans les cheveux car au moins une fois par an j’observe que le silence est possible dans un monde que je connais assez peu pour le dire dans une chance de voir que le point est associé au mieux, ce qui fait que pour le tour on passe très haut dans n’importe quoi ce qui fait que pour y aller on donne toute son énergie comme pour dire que l’autre fois ce n’était pas assez près, car pour moi la vie est belle ce qui veut dire que pour le faire il faut commencer à comprendre que tout est relié depuis le début de l’annonce jusqu’à la résurrection comme ça on peut toujours fermer la porte ça revient par la fenêtre comme étant un passage unique qui donne le poids identique à chaque fois qu’on peut y aller, mais comme la question est réglée il faut avoir une voiture pleine de cartons pour que ça soit mis de côté avec l’assurance que ça continue comme avant avec des pieds lavés au savon et avec de l’eau chaude, mais comme tout est bloqué quelque part ce qui fait que l’autre jour je me suis occupé de rencontrer quelqu’un mais que l’envie m’a manquer de savoir que c’est là que j’attends alors que l’autre est parti ailleurs, ce qui fait que j’aime attendre, ça ne me fait rien de perdre une heure, car la vie passe ici, et maintenant que je le fais c’est une question que je me pose avec tout l’intérêt qui vacille sur un trône comme pour avoir fait le voyage en avion qui n’avait pas d’aile alors que dans un couloir illuminé par d’anciens pigeons assiégés par le noir mais avec des visions intéressantes qui se font avoir car dans la catégorie du rire on affronte toujours le même chat alors pour faire plaisir à ceux qui veulent toujours avoir raison je pense à tous ceux qui sont mis en demeure de rester calme, ce qui fait tout le contraire comme étant une spécialité italienne ce que je demande toujours en premier en espérant que cette fois on me dira que décidément tout avance mais comme la réalité déborde du cadre en noyant le poisson dans de l’eau de mer avec cette intention de rester à l’intérieur avec de quoi tenir un siège, et comme c’est justement pour ça que je sais quoi faire tout de suite sans attendre je ne sais quoi du plaire ou du plaisir de marcher dans la surface autorisée avec des moyens importants comme le changement de style qui propose la séance à dix euros, avec de quoi distraire et dépasser le sien qui organise avec des copains des soupes populaires, avec des oignons et des pommes de terre puis quand on a décidé de vivre selon la règle de Saint Benoit on s’est rendu compte que le silence est observé depuis le lever jusqu’au coucher, comme pour dénoncer le manque de conversation qui se place toujours au milieu de rien mais comme c’est justement ce qui se passe dans la tradition de voir tout le bon côté avant de couler dans la piscine ce qui se passe normalement quand on est pris par le plaisir de voir que tout est mis dans un monde connu et que l’autre fois quand on a vu que tout est pareil, il faut ensuite avoir fait le tour, ce qui demande une grande attention car au point final on voit apparaître un grand type habillé en noir avec une faux, mais ce qui est vrai semble ne plus correspondre à ce que je disais tout à l’heure comme quoi tout se passe dans la gentillesse avec des moyens facilement reproductibles mais quand c’est le vieux qui parle on ne comprend rien car au point ultime de l’espérance se place un peu de chance qui autrement n’aurait pas eu de place mais comme il est question de rester plus longtemps il faut que je m’occupe de trouver de quoi me changer car j’aime ne pas avoir deux jours de suite le même pantalon, je dois donc courir dans tous les sens pour apprendre que le moins cher se trouve à cinquante kilomètres, si je calcule bien je vais devoir marcher pendant vingt heures et si je suis là c’est pour une raison obscure

que dire des autres

Une réflexion sur “que dire des autres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s